Il est possible de sauver le Bureau de Poste de la Cité des Pins et de faire ré-ouvrir les autres !

renault_kangoo_la_poste_-_flickr_-_joost_j-_bakker_ijmuidenCommuniqué de la section pcf du Mans – 12 Nov 2016 :

Retour à la démocratie, à la force citoyenne pour défendre les services publics !

La convention de la ville portant réduction de la présence postale peut être enfin abrogée !

Le Sénateur-maire vient de dénoncer sa signature : cela ne suffit pas, il faut répondre à la colère et l’incompréhension de la population, et que le Conseil municipal se prononce en respectant les légitimes exigences des habitants concernés…

« Ils veulent nous casser tous nos services de proximité … ! »

« …vraiment inadmissible… » « Non et non … »

La colère et un exceptionnel attachement à de vrais services publics s’expriment publiquement !

Sinon comment expliquer qu’après tant de pétitions, les habitants de la Cité des Pins, et autour continuent à exiger le maintien de NOS bureaux de poste. Sur le marché, samedi nous avons recueilli 370 nouvelles signatures en deux heures…L’incompréhension est totale : en particulier, celle de savoir que la convention portant suppression de bureaux a été signée par le Sénateur-maire de la ville !

La force de la protestation populaire a permis ce premier recul d’un report de fermeture de quelques mois – seulement, pour la Cité des Pins et second recul celui du Sénateur-maire ! Jean-Claude Boulard, en effet,  vient de dénoncer sa propre signature sur la convention liant la ville et la direction de la poste.

C’est très inquiétant de constater comment les intérêts de la population peuvent être bradés avec tant de désinvolture. Cette triste comédie doit cesser. Comment comprendre que des élu-e-s appartenant à la même majorité gouvernementale soient loin de la population pour défendre ses intérêts ? C’est simple : Sénateur-maire, députée de la circonscription votent à Paris l’austérité budgétaire qui affecte prioritairement les services publics et maintenant ils commencent à reconnaître les dégâts et se sentent obligés de protester publiquement et à formuler quelques exigences comme pour le manque de subvention en direction des quartiers particulièrement affectés par le chômage…

La colère et la réprobation de la population sont d’une grande efficacité quand elles sont aussi manifestes ! C’est un véritable encouragement à ne pas lâcher sur ces priorités aux services publics de proximité, s’opposer à leur dépeçage. Ce qui prime, c’est de d’entendre, de respecter les paroles citoyennes – nos actions solidaires et de rencontres avec la population vont dans ce sens !

Dernière information : une délégation conduite par C Counil auprès du directeur de la Poste ce 9 novembre a donné lieu à des échanges plus encourageants. Le dernier mot doit rester à la population, à cette exigence de maintien et de développement de services publics !

Il est possible de sauver le bureau de la Cité des Pins et de faire ré-ouvrir les autres !

Saïda Safir, secrétaire de section,

Pour la section Pcf du Mans 78 Av Jean Jaurès

Ce contenu a été publié dans Actualité locale, Actualité nationale, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.